mercredi 31 décembre 2014

"A tous ceux qui l'ont reçu, il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu."


A la lecture du Prologue de saint Jean, nous sommes frappés de la majesté et de la sérénité avec laquelle l'Apôtre nous révèle l'accomplissement du Mystère. Tout est complètement dominé par l'immense amour de Dieu tout-puissant. Tout est dans sa main, il est vainqueur: il se donne au-delà de tout ce que l'on pouvait demander et même imaginer. Tel est notre héritage, notre vie, divine, anticipée dès ici-bas dans la foi, l'espérance et la charité, si du moins, nous persévérons dans sa grâce. L'anti-Christ? aucune majesté là-dedans: il y a plein d'anti-Christ, et depuis le début, et ils n'ont plus aucun pouvoir, sinon celui que sottement nous leur attribuerions encore.


mardi 30 décembre 2014

"Arrivée à l'âge de 84 ans, elle ne quittait pas le Temple."


La Parole de Dieu pour la messe de ce jour est si claire qu'elle se passe de commentaire. Le monde passe, et sa convoitise avec lui. mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure pour toujours. Illustré par Anne, fille de Phanuel et authentique prophète qui parle de l'Enfant, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. Nous en retiendrons pour notre gouverne, la prière de l'Eglise à la bénédiction des personnes âgées: qu'elles montrent un courage tranquille; que leur joie porte témoignage de la charité que Dieu a mise dans leur coeur.


lundi 29 décembre 2014

"Il sera un signe de contradiction - et toi, ton âme sera traversée d'un glaive -."


La Parole de Dieu semble insister, puisque nous retrouvons pour ce cinquième jour dans l'Octave de Noël, l'évangile d'hier. C'est qu'il ne faut pas manquer la certitude que nous allons vers des temps de contradiction. Ne rêvons pas que les changements dans notre pays et dans le monde, la restauration de la civilisation et la protection de la famille, se feront par le bisounours. La force est une vertu et nous ne devons pas avoir peur de l'opposition frontale avec tous les moyens de la morale naturelle et de la morale évangélique pour que la vérité l'emporte. A cet égard, le roman de Jehanne d'Arc est providentiel: une année de guerre, une année de passion, et un holocauste pour le retour du roi. C'était au XV° siècle: qu'en sera-t-il pour nous face aux pouvoirs occultes qui font la promotion à marche forcée du mondialisme idéologique?


dimanche 28 décembre 2014

Fête de la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph

"Les parents de Jésus l'amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur."


La Parole de Dieu cette année remonte à Abraham et sa descendance, pour que nous comprenions à quel point la famille est la bénédiction même de Dieu. Mais c'est la sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph qui est pour nous l'espérance: par la puissante intercession de la Mère de Dieu et de saint Joseph, et surtout l'offrande que Jésus fait de son Humanité très sainte pour notre salut. La famille est le lieu de l'éducation, de la formation, de la croissance de la personne humaine: en grandissant, l'homme ne rompt pas les liens familiaux, mais il s'y engage au contraire plus profondément encore; au point que lorsqu'il devient lui-même chef de famille, il est encore membre de la famille qui l'a vu grandir. De fait, la famille est restaurée et sanctifiée dans la grâce du Christ par les sacrements, qui lui permettent d'être aussi le lieu où retentit aussi la vocation divine à la vie éternelle. 


samedi 27 décembre 2014

Baptiste, enfant de lumière

Voici publiée l'histoire de mon neveu, Baptiste, racontée par sa mère. C'est un livre très bien écrit. Les réflexions qui accompagnent le récit pourront en aider beaucoup. On peut aussi l'acheter sur amazon.fr
Bonne lecture! 
9, Route d'Oupia, 34210 Olonzac, France, tél 0033 (0) 468 32 93 55 * fax 0033 (0) 468 91 38 63, email contact@editionsoasis.com *  http://www.editionsoasis.com

---

Cher frères, chères sœurs,
Voici un témoignage poignant et percutant d'une mère qui a dû passer une épreuve qui en total a durée plus de 14 ans, voyant son fils presque plus en visite à l'hôpital, qu'à la maison...
Voici ce qu'elle dit: "Chaque fois que Baptiste est entre les mains du personnel hospitalier, je me sens impuissante. Je sais que c'est pour son bien, mais je ne peux pas m'empêcher de me sentir amputée de mon rôle de maman. Imaginer toutes ces mains qui touchent mon enfant, c’est difficile à supporter. Même s’il est tout petit, sa sphère est envahie, puisque il n'a pas l'opportunité de pouvoir s'exprimer par lui-même. Inconsciemment, je prends sa place et j'ai l'impression qu'on m'agresse. 
Je pèse le pour et le contre, je me perds un peu dans mes pensées. Doit-on imposer tous ces soins à un petit bonhomme ? Ne peut-il vivre sa petite vie en dehors de ce parcours tortueux ? Aujourd'hui, je n'ai toujours pas de réponse. En tant que parents, un de nos devoirs vis-à-vis de nos enfants est de leur donner tous les moyens possibles pour une santé optimale. Mais je me suis toujours demandé : jusqu'où doit-on aller ? Quelles portes doit-on franchir et surtout, quelles sont les portes qu’il ne faut pas franchir? 
Cette question, qui me hantera pendant quatorze ans, sera une question fondamentale à la fin du parcours de Baptiste…"

Nadia est née à Constantine en 1960. D'origine algérienne, elle est adoptée dans son jeune âge par les Vandevelde et reçoit le Baptême à 19 ans. Educatrice de jeunes enfants, elle vient chaque été en Suisse comme monitrice de colonies de vacances pour handicapés mentaux. C'est là qu'elle rencontrera Jean Blaise Fornerod son mari. Ils auront cinq enfants: Aurélien, Thomas, Baptiste, Simon, Marie, dont les naissances s'échelonnent de 1989 à 2000. Nadia-Marie Fornerod réside à Genève.
Vous pouvez commander 'Baptiste, enfant de lumière' en cliquant sur le lien.
16 X 23 cm 154 pages, 15,95 €

---

Vous aimeriez voir un extrait du livre 'Baptiste, enfant de lumière'? Cliquez-ici

---

• Pratiquement tous les livres, sauf les BD's, sont également disponibles en format PDF (EBOOK) pour environ un tiers du prix! Le livre 'Baptiste, enfant de lumière' est disponible au format PDF en cliquant ici.
• Notre site www.editionsoasis.com contient maintenant plus de 135 livres (dont plusieurs autres nouveautés), ainsi que des CD's de louange. Merci de prendre quelques minutes pour faire un tour!

Fête de saint Jean

"Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons à vous aussi."


Aujourd'hui, fête de saint Jean, le disciple que Jésus aimait. Le maître mot des lectures de la messe de ce jour est celui de la Vie. Pour mieux comprendre, il faut repenser à ce que saint Thomas explique dans la Somme théologique: la vie est cette capacité de se mouvoir soi-même, intérieurement et extérieurement, élan vital ou instinct, qui devient chez les êtres supérieurs la capacité de se choisir des buts et de mettre en oeuvre les moyens qui y conduisent. La vie est au plus au point en Celui qui est lui-même la Vérité subsistante et la complaisance infinie dans la plénitude de tout Bien qu'il est lui-même: l'Amour et la source de l'Amour. La vie est donc essentiellement spirituelle, et elle se participe par révélation, c'est à dire communication et don. Les progrès de la biologie génique nous aide à comprendre cela: les chaînes d'ADN sont autant de messages et d'information qui circulent, c'est la définition scientifique actuelle de la vie.
La vie éternelle c'est de te connaître toi, le seul Dieu, le vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ.


vendredi 26 décembre 2014

Fête de saint Etienne

"Ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là."


Vous serez détestés de tous à cause de mon nom: joyeux noël! Non, il n'y a pas d'erreur, c'est à dessein que la liturgie met la fête du protomartyr saint Etienne dès le deuxième jour de l'Octave de Noël. Nous comprenons ainsi deux choses essentielles. La première c'est que le Seigneur est venu comme Rédempteur, pour déverser en son Corps et son Ame le prix de notre salut: il s'agit essentiellement du pardon des péchés, pour restaurer l'alliance entre Dieu et les hommes. La deuxième, c'est que nous ne sommes pas faits pour durer éternellement ici-bas, comme en font le cauchemar les pouvoirs de ce monde: le ciel est désormais ouvert, celui qui persévérera jusqu'à la fin y demeurera éternellement dans la communion du Père et du Fils et du Saint Esprit, vie bienheureuse aussi partagée entre nous pour toujours.


jeudi 25 décembre 2014

LA NATIVITE DE NOTRE SEIGNEUR JESUS CHRIST

"Je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple."



MARTYROLOGE DE NOËL

De longs siècles après la création du monde
lorsque Dieu, au commencement,
créa le ciel et la terre,
bien longtemps après le déluge,
plus de deux mille ans après la naissance d'Abraham, 
près de quinze cents ans après Moïse
et la sortie d'Egypte du peuple d'Israël,
environ mille ans après le sacre du roi David,
dans la soixante-quinzième année
de la prophétie de Daniel
en la cent vingt-quatrième olympiade
et sept cent cinquante-deuxième année
de la fondation de Rome,
l'an quarante-deux de l'empereur octave-Auguste,
dans le sixième âge du monde terrestre,
tout l'univers étant en paix,
JESUS CHRIST,
Dieu éternel et Fils du Père éternel,
voulant sanctifier le monde
par son miséricordieux avènement,
après avoir été conçu du Saint-Esprit,
EST NE A BETHLEEM DE JUDEE
de la Vierge Marie,
DIEU FAIT HOMME.

C'est la NATIVITE
de notre Seigneur Jésus Christ selon la chair.









Jeudi 24 décembre




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mardi 23 décembre 2014

"Il écrivit: Jean est son nom. Et tout le monde en fut étonné."


Le contraste entre l'Ancien et le Nouveau Testament se perçoit fortement dans le rapprochement des deux lectures de la messe de ce jour. Pour la venue de Dieu, on ne pouvait imaginer qu'un jour grand et redoutable. Mais lorsqu'il est venu lui-même en Personne, nous sommes complètement désarçonnés. Et même son Précurseur, qui devait venir avec la puissance d'Elie: que sera donc cet enfant? et son nom tout nouveau: Jean, tendresse de Dieu!



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

lundi 22 décembre 2014

"Sa miséricorde s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent."


Nous avions commencé l'Avent en disant que c'était un temps d'attente joyeuse plutôt qu'un petite carême: voici que la joie éclate dans l'âme de la Vierge Marie, en son Magnificat. Bien sûr, il y a toujours la joie dès la conception d'un enfant et dans l'attente de sa naissance, sauf dans la culture de mort. Mais ici il s'agit de Jésus, le Verbe incarné, le Fils de Dieu, celui qui a la Vie en lui-même comme le Père a la Vie en lui-même. Celui qui est venu pour que nous ayons la vie et que nous l'ayons en plénitude. Mais n'est-il pas lui-même en Personne, encore au milieu de nous en son Eucharistie? On comprend que la joie sera pour nous le fruit de notre conversion à la foi. Il y a deux versants dans la foi, l'espérance, et la charité: c'est d'un côté le don de Dieu, c'est-à-dire Dieu qui se donne; c'est de l'autre côté l'accueil que nous faisons de sa grâce, notre être déjà transfiguré jusqu'à ce qu'il s'épanouisse dans la gloire éternelle, si du moins nous persévérons.



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

dimanche 21 décembre 2014

"L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre."


Pères de l'Eglise et auteurs spirituels soulignent à l'envie, le partenariat de grâce qui s'instaure entre Dieu et la Vierge Marie: son Oui a rendu possible l'Incarnation. Certes, les "instruments" dont Dieu se sert, ne sont pas inertes, mais collaborent d'autant mieux à son Oeuvre qu'ils se donnent à lui dans la confiance et l'amour en retour: de sorte que l'oeuvre de Dieu devient aussi la leur. Mais il nous faut bine voir aussi que toute grâce nous vient de la Mort de Jésus endormi sur la Croix, et manifeste la puissance de sa Résurrection. L'Oeuvre de Dieu advient donc souverainement, Premièrement, et c'est elle qui se donne ensuite, deuxièmement, les moyens de sa réalisation au milieu de nous dans une cohérence aussi chronologique. La Grâce souveraine est éternelle, elle étreint l'ensemble du Temps, et à chaque instant, instant après instant, il nous est donné d'y entrer, la rejoindre, la servir, la contredire ou la quitter: puisqu'elle ne nous sera définitivement acquise que lorsque notre oui rassemblera l'intégralité de notre être, au moment où en achevant notre carrière terrestre, nous entrerons à notre tour dans l'éternité.


samedi 20 décembre 2014

"Voici la servante du Seigneur; que tout m'advienne selon ta parole."


La figure de la Vierge Marie domine de toute sa stature les derniers jours de l'Avent: l'évangile de la messe de ce jour nous dit pourquoi. Sa foi la place bien au-dessus, bien en avant de la foi d'Abraham, le père des croyants. Non seulement à cause de la sainteté unique de l'obéissance de sa foi, mais surtout à cause de l'énormité de ce qui lui est annoncé de la part du Seigneur. Dieu devient ce tout petit enfant dans le sein de la Vierge Marie, sans cesser d'être Dieu. Or la théologie nous dit: son humanité est l'instrument de sa divinité. C'est donc par l'humanité de son tout petit qu'elle a accès à sa divinité: qui sondera alors les rapports charnels et spirituels qu'elle entretient, et elle seule, avec Jésus.


vendredi 19 décembre 2014

Aujourd'hui, célébration des Funérailles chrétiennes à la chapelle de l'HIA Desgenettes. Retrouver l'homélie de la messe sur le site de l'aumônerie catholique:



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:
jeudi 18 décembre 2014

JEUDI DES HOSPITALIERS
Messe de "Noël" à l'HIA Desgenettes, et rencontre régionale de l'Hospitalité Notre Dame des Armées. Retrouver l'homélie de la messe sur le site de l'aumônerie catholique:



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mercredi 17 décembre 2014

"Jacob engendra Joseph, l'époux de Marie, de laquelle fut engendré Jésus."


Nous sommes entrés dans la semaine préparatoire à Noël: la plénitude des temps semble accélérer le temps, puisque pendant ces quelques jours nous allons avoir un raccourci de toute l'histoire convergent vers le Christ. Les oracles de la bénédiction des Patriarches, et avant même la généalogie du Seigneur, avant la création du monde, dans un unique décret de prédestination, Dieu voit son Fils incarné, et sa Mère, et chacun des membres de son Corps mystique, l'Eglise.



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mardi 16 décembre 2014

"Les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu."


De l'Evangile de ce jour il ressort clairement que travailler à la vigne du Seigneur, c'est croire que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu: nous trouvons la même chose en saint Jean, l'oeuvre de Dieu c'est que vous croyez en celui qu'il a marqué de son sceau. Ce ne sont donc pas d'abord nos mérites qui font que le Seigneur se tourne vers nous avec faveur: c'est au contraire la faveur du Seigneur qui fait que nous nous tournons vers lui. Alors nous apparaît la disproportion totale entre ce que nous faisons et ce que Dieu donne. La seule attitude qui lui corresponde est donc de tout recevoir de lui dans l'action de grâce, la confiance et l'amour en retour, reprenant pied sans cesse dans l'attestation de sa bonté. C'est alors aiguillonnés par la crainte et poussés par l'amour, que nous porterons aussi un fruit de justice en toutes nos oeuvres, comme en remerciement de tout ce qu'il fait pour nous, comme en exultation dans sa miséricorde: le Fils de dieu m'a aimé, il s'est livré pour moi. 
Nous comprenons alors le mystérieux retournement dans la première lecture, prophétisé par Isaïe: Jérusalem est rebelle, mais viendront à elle les nations converties par le Seigneur; et alors elle exultera en voyant la puissance de notre Dieu. Oserons penser et croire que la conversion de ceux que nous attendons le moins, sera la raison de notre propre retour à Dieu? Pouvons-nous penser, comme cela a été annoncé, qu'une fois illuminés par la grâce du Seigneur Jésus, les musulmans convertis apporteront dans nos communautés chrétiennes sécularisées, le souffle de leur zèle pour Dieu, submergés non plus par la violence, mais par l'enthousiasme d'être eux aussi sauvés?

Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

lundi 15 décembre 2014

"Moi, je ne vous dis pas non plus par quelle autorité je fais cela."

Arrivée au Timor oriental

L'Evangile de ce jour est tellement d'actualité: nous nous épuisons à justifier des évidences; Jésus ne fait pas cela. Quand les coeurs sont fermés et les âmes imperméables à la vérité, il entre dans le registre de la miséricorde divine qui seule peut faire encore quelque chose: c'est le mystère de sa Passion et de sa Résurrection. Sommes-nous prêts à cela? La première lecture nous invite à découvrir le temps de Dieu: mais son oeuvre ne manquera pas.



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

dimanche 14 décembre 2014

"Soyez toujours dans la joie, priez sans relâche."


Aujourd'hui, 3° Dimanche de l'Avent, l'apôtre nous invite à la joie, "vigilants dans la prière" comme dit la deuxième Préface de l'Avent. C'est aussi la fête de saint Jean de la Croix, docteur de l'Eglise, le plus grands des auteurs mystiques. Des gens vous disent tranquillement qu'ils ont oublié leur prière du matin et du soir, comme si on pouvait oublier de respirer! ou qu'ils n'ont pas le temps de prier. Le gros handicap de la prière par rapport à nos autres activités, c'est qu'on n'en voit pas immédiatement un fruit tangible. Mais la prière étant l'action de Dieu en nous, elle est invisible comme lui: Dieu, personne ne l'a vu; et son efficacité est si grande, puisqu'elle façonne en nous l'amour dont nous aimerons Dieu éternellement.


samedi 13 décembre 2014

"Elie va venir pour remettre toute chose à sa place."


Aujourd'hui, fête de sainte Lucie. C'est ce jour que chaque année une messe est célébrée pour la France à saint Jean de Latran, dont le chef de l'Etat est chanoine honoraire. Que de liens privilégiés entre la France et le Saint Siège: prions la grande neuvaine de neuf mois jusqu'au 15 août 2015 s'il plaît à Dieu. Mais sainte Lucie est aussi vierge et martyre, ce qui nous rappelle la dimension sacrificielle du mystère de Noël, également marquée au coeur de l'Octave par la fête des Saints Innocents. C'est qu'il y a un mystère d'iniquité, auquel vient précisément s'opposer le Mystère de la piété, de la pitié: le préchi précha tiédasse sur l'amour de Dieu n'est pas à la hauteur des enjeux qu'imposent nos péchés. Il y faut le retournement de notre volonté vers Dieu: c'est le combat spirituel.


vendredi 12 décembre 2014

"La Sagesse de Dieu a été reconnue juste à travers ce qu'elle fait."


Nous faisons aujourd'hui mémoire de Notre Dame de Guadaloupe. Elle est apparue enceinte, ce qui la place au centre des problématiques que l'on appelle horriblement de nos jours la santé reproductive, avec sa tendresse de Mère et sa puissance, plus terrible qu'une armée rangée pour la bataille et qui met en déroute l'adversaire. Du coup, le rapprochement est saisissant avec l'Evangile de ce jour. Nous avons joué de la flûte et vous n'avez pas dansé: nous n'avons pas réagi joyeusement à l'annonce de la conception d'un enfant. Nous avons chanté des lamentations et vous ne vous êtes pas frappé la poitrine: nous n'avons pas réagi non plus au massacre des innocents. Que dire alors? Regrets éternels: ah, si tu avais cru; ah si tu avais obéi à mes commandements, ta descendance serait plus nombreuse que le sable au bord de la mer? Non. Nous sommes du Nouveau Testament, nous sommes du pardon des péchés et de la vie éternelle en surabondance. Ce que fait la Sagesse qui se montre juste: c'est l'Incarnation et la Rédemption.



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

jeudi 11 décembre 2014


Aujourd'hui, chapelet avec et pour les Malades à l'oratoire de l'HIA Desgenettes. Retrouver sur le site de la Confrérie du saint Rosaire, la méditation des Mystères douloureux pour éclairer la dimension sacrificielle du mystère de Noël:



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mercredi 10 décembre 2014

"Moi Je Suis la résurrection et la Vie."


Aujourd'hui, célébration des funérailles chrétiennes à la chapelle de l'HIA Desgenettes.
La Lettre aux Hébreux affirme qu'on ne peut avoir part au don de Dieu que par la foi. De fait, il faut au moins croire que Dieu existe et croire qu'il fait des dons aux hommes, pour pouvoir les recevoir. C'est pourquoi l'Evangile de la résurrection de Lazare nous propose comme un cheminement pour  développer notre foi: de l'affection auprès de ceux que nous soutenons dans le deuil, à la croyance en ce que certaines choses ne peuvent pas complètement mourir, à la foi dans la Personne du Christ, en sa divinité et sa venue parmi nous.



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mardi 9 décembre 2014

"Heureux ceux qui pleurent, ils seront consolés."


Aujourd'hui, nous rendions l'honneur des funérailles chrétiennes à un grand malade après une hospitalisation à domicile, ou plutôt en famille, pendant deux ans. Cela n'aurait pas été possible sans les professionnels de santé: qu'ils soient ici remerciés. Le mot qui vient à l'esprit est celui de "mourir dans la dignité", excusez-moi. C'est en effet la réponse, de plein fouet, aux débats des assemblées et aux transgressions parlementaires: est-on élu pour recréer l'homme mieux que Dieu ne l'a fait, ou pour servir l'homme lorsqu'il est en situation de vulnérabilité? Il fallait venir à son chevet: pour tenter de comprendre de si hauts mystères, il faut regarder vers les plus grands. Jésus Christ lui-même: ma vie nul ne la prend, c'est moi qui la donne. Le chrétien est ennoblit jusqu'à pouvoir vivre cela, lui aussi: Frère Christian de Thibirrine; saint Jean Paul II.



C'était aussi une messe votive en l'honneur de saint Ambroise, patron des services Administratifs. L'Administration est souvent la dernière institution qui fonctionne encore dans les sociétés qui ont fait naufrage: au IV° V° siècle, c'est donc tout naturellement que le peuple s'est tourné vers le dernier en qui il avait encore confiance, le préfet, lorsqu'il s'est agi de trouver un Evêque pour Milan. Affleura alors, dans la vie de saint Ambroise, la dimension spirituelle de son service envers les autres. Mais il avait aussi un sens très grand de dignité naturelle de la personne humaine, qui transparaît dans son interprétation allégorique de la Bible: c'est ce qui emporta finalement la conversion d'un jeune homme venu l'écouter longuement, le futur saint Augustin.



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

lundi 8 décembre 2014

Solennité de l'Immaculée Conception

"Ô Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous."


La Parole de Dieu pour la messe de ce jour, parcourt tout l'arc du temps des origines, avant même al création du monde, jusqu'à l'éternité bienheureuse, puisque la Préface du Missel Romain affirme qu'en Marie l'Eglise contemple la figure de ce qu'elle est, fiancée sans tache ni ride, resplendissante de beauté. Mais la solennité dissipe aussi une dérive terrible, dont le titre même, et l'oraison aurait du nous prémunir: tu l'as préservée de tout péché par une grâce venant déjà de la mort de ton Fils. Etant donnée la grandeur et haute élévation de notre sublime vocation, comme l'exprime saint Paul dans la Lettre aux Ephésiens, nous faisons comme si nous étions sans péché: négligeant que si nous ne nous unissons pas à la Croix de Jésus et à sa Résurrection dans le combat spirituel qui durera jusqu'à notre dernier souffle, et si avant cela nous ne plongeons pas dans le mystère du Christ par le rite sacramentel du Baptême, il n'y aura rien de tout cela pour nous, mais bien l'horreur éternelle. 



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

dimanche 7 décembre 2014

Deuxième Dimanche de l'Avent

"Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu, parlez au coeur de Jérusalem."


Avec le deuxième Dimanche de l'Avent, nous retrouvons les grands thèmes de ce temps liturgique, mais avec un appel très clair à une conversion profonde. La deuxième lecture nous donne une idée de ce que pourrait être la venue de Dieu dans un monde pas du tout préparé à le recevoir: ce jour où les cieux enflammés seront dissous, où les éléments embrasés seront en fusion. Or saint Pierre nous explique deux choses capitales: le sens de l'histoire "intermédiaire" entre la première venue du Christ et sa victoire pascale, et son retour glorieux; la haute dignité du chrétien qui a la capacité non pas seulement d'attendre, mais de hâter ce jour de Dieu.

samedi 6 décembre 2014

"Guérissez les malades, ressuscitez les morts."


Aujourd'hui, messe de suffrage pour le repos de l'âme d'un grand malade, décédé après deux ans d'hospitalisation à domicile. Les lectures de la messe de ce jour, samedi de la première semaine de l'Avent, comportent de nombreux appels à la consolation dans la bienheureuse espérance. C'est aussi le premier Samedi du mois en l'honneur de la Vierge Marie, parce qu'elle attendait dans la foi la résurrection de son Fils. Benoît XVI s'interrogeait: le Christ a supplié avec un grand cri et dans les larmes pour que Dieu le délivre de la mort. A-t-il été exaucé, car enfin, il est mort le Vendredi et il a été mis au tombeau. Mais le troisième jour, il est ressuscité comme il l'avait dit. Oui, le Christ a été exaucé, le Christ est ressuscité. Et nous ressusciterons avec lui comme il nous l'a promis. Cela aucun des pouvoirs de ce monde ne peut le faire: mais Dieu seul.


vendredi 5 décembre 2014

"Que tout se passe pour vous selon votre foi. Leurs yeux s'ouvrirent."


C'est aujourd'hui le premier Vendredi du mois, et nous célébrons en l'honneur du Sacré Coeur de Jésus, même si nous gardons les formulaires du Vendredi de la première semaine de l'Avent. De fait, il n'y a aucune divergence, mais bien éclairage réciproque, c'est le cas de le dire. Au Sacré Coeur de Jésus nous contemplons sa miséricorde: le motif même de sa venue parmi nous. Au point que nous n'avons pas à nous insérer dans le mystère du Christ, il est d'emblée dans son Incarnation celui qui vient "pour nous les hommes et pour notre salut", comme nous l'affirmons avec toute l'Eglise dans le Credo.



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

jeudi 4 décembre 2014



Aujourd'hui, Jeudi des Hospitaliers à l'HIA Desgenettes. On peut écouter l'homélie de la messe sur le site de l'aumônerie catholique:


Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mercredi 3 décembre 2014

"Je suis saisi de compassion pour cette foule."


Nous célébrons aujourd'hui la fête de saint François Xavier, patron principal des missions: il est allé jusqu'en Chine. Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus est également patronne principale des missions: elle est restée dans son cloître de Normandie. Cela nous permet de comprendre que ce qui compte ce n'est pas d'abord ce que nous faisons, mais l'action souveraine de Dieu en nous lorsqu'il peut régner sur notre coeur et habiter notre âme. Nous n'y pensons pas souvent: la foi, l'espérance et la charité ne sont pas d'abord des actes de notre dévotion, mais la Vie des Personnes divines vivant en notre âme immortelle.



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mardi 2 décembre 2014

"Personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler."


La connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer; le Fils, qui est tourné vers le sein du Père, lui l'a raconté. Nous ne mesurons jamais comme dès ici-bas le Seigneur nous a donné la substance de ce qui sera notre éternité bienheureuse. La vie éternelle c'est de te connaître toi, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. Mais comment tous les dons de la vie chrétienne peuvent-ils devenir l'élan le plus authentique de toute vie en nous? Les lectures de la messe de ce jour nous l'indiquent aussi: Jésus exulta de joie sous l'action de l'Esprit Saint; et encore: sur lui reposera l'Esprit du Seigneur, esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur. Nous abandonner à la joie de l'Esprit, nous laisser conduire par lui, qui sonde les profondeurs de Dieu. L'un des effets les plus déplorables du relativisme actuel, infiltré jusque dans nos âmes, est de rabaisser systématiquement tout cela en faisant comme si ailleurs, avec d'autres, il y avait l'équivalent. Pourtant prophètes et rois ont voulu voir cela et ne l'ont pas vu, entendre tout ça et ne l'ont pas entendu: mais nous seuls. Osons nous en réjouir: cette joie peut être contagieuse. Sans Jésus: rien; avec Jésus tout!

Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

lundi 1 décembre 2014

"Beaucoup viendront de l'orient et de l'occident."


L'Evangile du centurion est particulièrement cher au Diocèse aux Armées et aux militaires. Sa foi est admirable, non seulement par son humilité, mais surtout par sa haute spiritualité. Tandis que les Juifs sont habitués à ce que Dieu parle, et c'est fait, les païens sont encore livrés à tout ce qui est matériel et superstitieux en fait de pouvoir extraordinaire. Or ici, éclairé par la discipline militaire qui fait la trame de son existence, il a compris qu'il suffit au Seigneur de dire et c'est fait, sans même qu'il soit besoin pour lui d'être physiquement présent. On comprend alors, puisque nous lisons cet Evangile au début de l'Avent, que le mystère de l'Incarnation ne répond à aucune autre nécessité que celle d'un trop grand amour.



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

dimanche 30 novembre 2014

Premier Dimanche de l'Avent

"Ce que je dis là, je le dis à tous: veillez!"


Nous retrouvons les mêmes thèmes et les mêmes expressions que ces derniers jours de l'Année liturgique, mais dans la lumière joyeuse de la venue du Seigneur Jésus en son Incarnation. Du coup la veille vigilante se fait joyeux désir, de plus en plus enthousiaste. Surtout que la première lecture nous indique clairement que notre préparation à la grâce est déjà une grâce. C'est le Seigneur qui vient de mille manière attirer notre attention et nous retourner déjà vers lui, pour que nous puissions effectivement l'accueillir lorsqu'il vient. Dans ce sens, le saint Curé d'Ars, que l'on soupçonnait quelquefois de sévérité surtout dans ses débuts, a osé dire: il est plus difficile de se damner que de se sauver, étant donné tout ce que Dieu fait pour nous alors que nous nous sommes encore pécheurs et malheureux.


samedi 29 novembre 2014

"Restez éveillés et priez en tout temps."


Aujourd'hui Samedi, comme la liturgie nous en donne la possibilité, messe en l'honneur de la Vierge Marie, cause de notre joie: par les dernières heures de l'année liturgique et le début de l'Avent  nous comprenons immédiatement que la cause de notre joie est la venue du Seigneur Jésus parmi nous. Qu'il s'agisse de la fin des temps, de sa venue dans notre histoire, ou de notre propre mort. Le sens d'universalisme est suggéré par l'allusion claire de l'Apocalypse à la Genèse: le genre humain créé par Dieu, tombé, en Adam, relevé dans le Christ, confié à l'Eglise jusqu'au Retour glorieux du Seigneur.  L'entrée dans l'héritage du Christ est la porte du Baptême. En deça de ce seuil, on en reste à l'héritage d'Adam.


vendredi 28 novembre 2014

"Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas."


Aujourd'hui Vendredi, et comme la liturgie nous en donne la possibilité, messe votive su Sacré Coeur, avec les oraisons qui demandent notre ressemblance avec Jésus Christ afin de pouvoir entrer aussi dans sa gloire. C'est salutaire puisque l'Apocalypse nous annonce que le ciel et la terre s'enfuirent sans laisser de trace: nous aurons en Jésus une demeure. De fait, Jésus et tout le Nouveau Testament, ont ramené le discours de la fin du monde, dans ce qu'il peut avoir d'excité, à l'attitude fondamentale de foi, d'espérance et de charité. Ne guettons pas les mille ans qui sont peut-être comme un seul jour: notre ambition c'est l'éternité de vie bienheureuse avec notre Dieu. 



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

jeudi 27 novembre 2014


Ce jour, messe des Hospitaliers à la chapelle de l'HIA Desgenettes. Retrouver l'homélie sur le site de l'aumônerie catholique:


Chapelet des Malades, sur le site de la Confrérie du saint Rosaire:


Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mercredi 26 novembre 2014

"C'est par votre persévérance que vous obtiendrez la vie."


Aujourd'hui Mercredi, messe en l'honneur de saint Joseph, à qui nous confions ce que nous avons à faire. Nous prions aussi pour la France et pour ceux qui l'administrent actuellement: nous ne sommes pas à l'abri d'un miracle et de conversions retentissantes, à commencer par les nôtres! Le maître mot est dans les lectures de la messe de ce jour la persévérance: comme une synthèse de la foi et de l'espérance, dans le secours de Dieu pour la traversée d'ici-bas, et parce que la louange célèbre la victoire acquise et définitive, depuis l'ouverture du tombeau de Jésus Christ.



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mardi 25 novembre 2014

"Il faut que cela arrive d'abord, mais ce ne sera pas tout de suite la fin."


La faucille pour la moisson et pour la vendange, est immédiatement expressive du jugement dernier. Et on pense notamment au blé: on garde le grain tandis que la balle est emportée par le vent. Mais dans la page de l'Apocalypse que nous avons en première lecture de la messe de ce jour, le message est encore plus profond que celui de la récompense pour le bien que nous avons fait et du châtiment pour le mal commis. Il s'agit ici de l'orgueil, de l'autosuffisance, devenus en notre temps idéologie dominante, dictature: tout ce qui se présente comme le plus puissant et pour toujours, sera soudainement interrompu sans crier gare et sans appel, car ce n'est rien en dehors de l'acte créateur qui le soutient dans l'existence, néant sans la bienveillance paternelle de la Miséricorde divine.



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

lundi 24 novembre 2014

"Elle a pris sur son indigence: elle a donné tout ce qu'elle avait pour vivre."

Frégate de Surveillance


Aujourd'hui, fête de saint André Dung Lac et ses compagnons, martyrs du Vietnam au XIX° siècle. Ce qui frappe dans la correspondance du saint, alors qu'il est dans une prison qu'il compare à l'enfer, c'est la joie, presque l'enthousiasme avec lesquels il ponctue sa lettre du refrain du psaume "car éternel est la miséricorde du Seigneur". C'est qu'en effet, il témoigne que Jésus est avec lui, selon sa promesse, et cette présence ineffable le comble au-delà de tout ce que l'on peut demander et même imaginer ici-bas. Du coup, les lectures de la messe de ce jour, s'éclairent: par la foi et en espérance nous sommes déjà riches en Dieu, de Dieu, par Dieu et pour Dieu, la charité nous rassemble déjà dans l'unité bienheureuse et nous n'avons qu'à supplier de persévérer jusqu'à la fin, afin de ne pas perdre la récompense.



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

dimanche 23 novembre 2014

Solennité de Notre Seigneur Jésus Christ, Roi de l'univers

"Regnavit a ligno Deus. Dieu règne par le bois."


La solennité du Christ Roi de l'univers ramène chaque année le même malentendu: de la machine de guerre contre le laïcisme, peste du siècle, instituée par Pie XI, nous faisons couramment une fête du Bon Pasteur, Agneau véritable. Surtout que le transfert de la solennité au dernier Dimanche de l'Année liturgique, le renvoi pour ainsi dire à l'eschatologie, très loin de la royauté sociale du Christ. Pourtant, notre temps voit la contrefaçon diabolique de la charité chrétienne sous des espèces de plus en plus terribles: le grand critère de vérité demeure la croix du Seigneur. Le vrai Berger donne sa vie pour ses brebis: il a le pouvoir de déposer sa vie puis de la reprendre, tel est le commandement qu'il a reçu du Père.






  • Cet acte de consécration a été prononcé solennellement par Léon XIII en l'année sainte 1900;
  • saint Pie X en ordonna le renouvellement chaque année;
  • Pie XI en instituant la solennité du Christ roi, au cours de l'année sainte 1925, a prescrit que cet acte de consécration soit prononcé le jour de la Solennité;
  • Paul VI a concédé l'indulgence plénière à tous ceux qui réciterainet publiquement cet acte de consécration le jour de la solennité du Christ Roi;
  • saint Jean Paul II a confirmé cette concession dans la quatrième édition du livre des Indulgences, en 1999.

samedi 22 novembre 2014

"Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants: tous vivent en effet pour lui."


Aujourd'hui, fête de sainte Cécile, patronne des musiciens. Mais le 22 novembre est aussi la fête nationale du Liban. Saint Jean Paul II avait écrit: si le Liban venait à disparaître, ce serait une grande perte pour l'humanité. Pourquoi? C'est un pays-message, avait expliqué le Saint Père. Quel est le message? C'est le seul pays du Proche Orient et de tout le monde arabe, dans lequel les chrétiens ne sont ni réduits à la dhimmitude ni institutionnellement persécuté. Or la raison n'est pas le laïcisme sécularisé, mais la nécessité constitutionnelle que le président de la république libanaise soit toujours un chrétien. Ainsi donc, les chrétiens sont dans leur personne même, le rempart contre la barbarie en ce monde.


vendredi 21 novembre 2014

"Celui qui fait la volonté de mon Père: voici mon frère, ma soeur, ma mère."


Aujourd'hui, fête de la Présentation de la Vierge Marie. C'est traditionnellement un jour où les religieux et religieuses font profession ou renouvellent leurs voeux. Mais c'est surtout l'ouverture discrète mais universelle de l'Année de la vie consacrée, promulguée par le Pape François jusqu'à la Présentation du Seigneur, dans un peu plus d'un an. Par là, il n'est pas douteux que le Saint Père continue son combat contre l'idéologie dominante, puisque les trois voeux lui sont très précisément contraires: pauvreté, chasteté, obéissance. Mais le Souverain Pontife voudrait aussi par là arracher l'Eglise elle-même à la sécularisation rampante: la vie religieuse est en effet tournée par essence vers le Ciel. Tandis qu'habituellement nous demandons plein de choses aux religieuses et aux religieux, nous leur offrirons pendant plus d'un an le soutien fraternel de notre prière et de notre reconnaissance, en leur montrant une estime telle que nous pourrons même imaginer nos enfants en carmélite ou en missionnaire.



Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

jeudi 20 novembre 2014

"Si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour ce qui peut te donner la paix!"


Nous retrouvons Jésus qui pleure sur la Ville, comme il y a quelques semaines. Mais cette fois, la Lecture en regard est l'Apocalypse et l'adoration de l'Agneau, debout et comme égorgé. Jésus dans son Incarnation et sa Pâque est devenu le Seigneur de l'Histoire: premier-né de toutes créatures, premier-né d'entre les morts afin qu'il ait en tout la primauté. Il récapitule tout dans sa Personne, et tout se retrouve en lui sauvé, purifié, sanctifié, élevé, transfiguré: de ses larmes sur Jérusalem, est née l'Eglise, sainte, sans tâche, comme une fiancée parée pour son Epoux. Voilà pourquoi, à nous, l'Ange dit: ne pleure pas, voilà qu'il a remporté la victoire. Admirable échange de ses larmes et de notre joie. Rien ne doit jamais nous impressionner ici-bas: c'est avec Jésus que nous sommes cachés en Dieu, et ce que nous serons ne paraît pas encore; mais seulement lorsqu'il se Manifestera d'un bout du monde à l'autre.


Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi: