samedi 18 novembre 2017

"Le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre?"


Aujourd'hui, anniversaire de la Dédicace des basiliques de saint Pierre et de saint Paul.
Nous ne pouvons plus entendre l'Evangile de la messe de ce jour, sans penser à l'interrogation angoissée de Benoît XVI instaurant l'Année de la Foi au cours de laquelle, d'ailleurs, il présentat sa renonciation à son ministère de Successeur de Pierre: le Fils de l'homme quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre? Il nous appartient encore de nous situer dans le camp des élus par la foi. D'autant plus que la première lecture avec la fameuse tirade de la Parole qui s'élance au milieu de la nuit, pour accomplir les décrets du Seigneur, peut s'appliquer à la nuit pascale, ou à la nuit de Noël, comme elle peut aussi éclairer les ténèbres où nous sommes maintenant.


vendredi 17 novembre 2017

"Là où sera le corps, là aussi se rassembleront les vautours."


L'Evangile de la messe de ce jour n'émane pas de quelque officine millénariste particulièrement exaltée, mais c'est Jésus Christ lui-même qui annonce quel effet aura sa Manifestation glorieuse. Nous devons donc prendre ses paroles très au sérieux, d'autant plus que nous reconnaissons dans la description de la Sagesse en première lecture, le portrait de l'endurcissement de notre génération. L'une des grâces et non des moindres, de ce qui va arriver, peut-être plus tôt qu'on ne le pense, c'est de mettre enfin un terme à la détestable impunité dont jouit pour l'instant l'arrogance des méchants.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

jeudi 16 novembre 2017

"Voici que le règne de Dieu est au milieu de vous."


Aujourd'hui, fête de sainte Gertrude: ce qui oriente notre méditation vers l'intériorité de notre vie spirituelle. Le discours de la Bible sur la Sagesse nous est presque inintelligible, parce que notre raison est technicienne et utilitariste, alors que les auteurs sacrés ont la raison métaphysique des anciens. Ils savent que si le monde est pensable par nous, c'est qu'il a d'abord été pensé par Dieu. Rompre ce lien de participation de notre esprit à l'Esprit éternel, c'est l'aliénation: la sagesse de ce monde devient alors folie. Toute ressemblance avec notre temps n'est pas fortuite: il y a donc un remède, la conversion au Christ, la Sagesse incarnée.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mercredi 15 novembre 2017

"Relève-toi et va: ta foi t'a sauvé."


Aujourd'hui, fête de saint Albert le Grand, professeur de saint Thomas d'Aquin: de ces lumières du XIII° siècle qui reste un sommet de civilisation insurpassé. D'où vient cette splendeur? De l'union de la raison et de la foi. D'où vient l'effondrement civilisationnel de notre temps? De leur divorce violent: l'univers est pensable et nous refusons de comprendre qu'il a donc évidemment été pensé. En tout cas n'ayons pas la folie de penser que les mensonges imposés par les fous qui s'affairent partout en puissants, pourront tenir encore longtemps.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mardi 14 novembre 2017


Aujourd'hui, messe votive de saint Luc pour une journée cohésion du Régiment Médical. Retrouver l'homélie de la messe sur le site de l'aumônerie catholique de la Base de Défense de La Valbonne.


lundi 13 novembre 2017

"Prenez garde à vous-mêmes."


Nous nous représentons en général Dieu au plus haut, ou bien comme face à nous en Jésus Christ, mais sa présence au dedans de nous évoque bien moins de résonance dans notre vie spirituelle. Et pourtant la Sainte Trinité habite dans notre âme depuis notre Baptême, et le Saint Esprit est bien comme la respiration de notre être chrétien. L'Ancien Testament l'avait pressenti, en particulier dans le Livre de la Sagesse. Comment est-ce possible? Déjà au titre de la création, Dieu est là au titre de sa présence d'immensité, lui qui soutient littéralement toutes choses dans l'être. C'est proximité devient amitié réciproque par la grâce de la charité chrétienne, tournée, on l'oublie souvent, d'abord vers Dieu.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

dimanche 12 novembre 2017

Dimanche XXXII dans l'Année

"Amen, je vous le dis: je ne vous connais pas."


Pour les dernières semaines de l'année liturgique, nous lisons le Dimanche l'intégralité du chapitre 25 de l'Evangile selon saint Matthieu: cela arrive tous les trois ans, et justement cette année du centenaire des apparitions de Notre Dame à Fatima. Trois paraboles se suivent et ne sont pas seulement redondantes sur le thème "veillez donc car vous ne savez ni le jour ni l'heure". Au contraire Jésus donne là des instructions très concrètes concernant ce qui va nous arriver lors de son Retour pour le Jugement dernier, ou plus simplement à l'heure de notre mort pour le jugement particulier. Ce Dimanche, voici ce qu'il dit au Juifs, à qui nous associons aussi les musulmans, puisqu'il est avéré historiquement qu'à l'origine de ce qui allait devenir l'islam, il y a eu l'endoctrinement fanatique par une secte juive, de tribus arabes particulièrement belliqueuses, en vue de la conquête de Jérusalem: quand vous direz "Seigneur Seigneur ouvre-nous", il vous répondra "amen je vous le dis, je ne vous connais pas". Il importe donc de se convertir pendant qu'il est encore temps, pour recevoir avec le Baptême le pardon des péchés et l'effusion de l'Esprit, onction d'huile d'allégresse pour la vie éternelle.

samedi 11 novembre 2017

Fête de saint Martin, patron secondaire de la France

"Mystère porté à la connaissance de toutes les nations."


La fête de saint Martin est quelque peu occultée par les cérémonies de commémoration de l'armistice de la Première Guerre mondiale le 11 novembre 1918. Or l'intercession et les exemples de saint Martin de Tours nous sont tellement nécessaires si nous voulons que reprenne sens l'expression sublime: "heureux comme Dieu en France". Pour une conversion si profonde, la coïncidence liturgique nous donne deux pistes: d'une part l'obéissance de la foi accomplit dans notre vie l'ordre éternel de Dieu, mystère caché depuis toujours et maintenant manifesté par l'Evangile; d'autre part, ce qui est prestigieux pour les gens est une chose abominable aux yeux de Dieu.


vendredi 10 novembre 2017

"Les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière."


Aujourd'hui, fête de saint Léon le Grand. C'est une longue lettre de ce Pape qui permit au Concile de Chalcédoine de forger la formule dogmatique de la Christologie: le Seigneur Jésus Christ est vrai Dieu et vrai Homme dans l'unité de sa Personne de Fils, en vertu de l'unité en lui de la nature divine et de la nature humaine sans changement, sans confusion, sans division, sans séparation. Mais il avait aussi le courage de sortir à la rencontre d'Attila pour sauver Rome du saccage. Tels sont les pasteurs selon le coeur de Dieu, et dont nous avons encore un immense besoin.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

jeudi 9 novembre 2017

Dédicace de la basilique du Latran

"Détruisez ce sanctuaire et en trois jours je le relèverai."


Nous célébrons l'anniversaire de la basilique de saint Jean de Latran, la cathédrale du Pape, comme notre propre cathédrale. Le Souverain Pontife est en effet Evêque de l'Eglise universelle, exerçant le primat sur tous, pasteurs et fidèles, raison pour laquelle il est nommé en premier dans la Prière Eucharistique, avant l'Evêque du diocèse. Or l'expression "pierres vivantes" fait la jonction entre l'image du temple et celle du Corps de l'Eglise dont le Christ est la Tête: la vie même de Jésus nous anime et fait notre unité. Tel est le culte en Esprit et en Vérité.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mercredi 8 novembre 2017

".. ne commence par s'asseoir pour voir.."

La porte des Morts (Saint Pierre de Rome)

Aujourd'hui, messe de huitaine en suffrage pour les Défunts de nos Unités et de nos familles. Outre le devoir de charité chrétienne, c'est aussi l'occasion de nous asseoir pour réfléchir aussi à notre propre mort, et du coup à la façon dont nous vivons notre vie. Et la providence liturgique nous propose justement deux lectures qui alimentent une telle réflexion. L'amour trouve son expression dans l'obéissance aux Commandements, de même que ceux-ci en garantissent l'authenticité. Mais quand le Seigneur dans l'Evangile semble exiger le sacrifice de toutes ces affections, même les plus légitimes, nous perdons pied: considérons cependant que la Mort, nous assurera tôt ou tard ce total dépouillement de tout nous même! Plaçons donc tout dès maintenant dans le Coeur de Dieu pour les y retrouver un Jour.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mardi 7 novembre 2017

Sinistre anniversaire

"Bénissez ceux qui vous persécutent."


Outre le centenaire des apparitions de Notre Dame à Fatima, il est un sinistre anniversaire ces jours-ci: c'est celui de la "révolution d'Octobre" qui allait entraîner la Russie dans les erreurs les plus funestes et les plus meurtrières de toute l'histoire de l'humanité, les répandant dans le monde, selon les prédictions qu'en avait faite la Vierge Marie si on n'accédait pas à ses demandes. Il eut mieux valu s'efforcer en vérité d'établir dans le monde la dévotion au Coeur immaculé de Marie. Car ce qui fait froid dans le dos en ce début de XXI° siècle, c'est que loin de tourner la page du siècle passé, un analyste russe définissait quatre constantes des régimes communistes: abolition de la propriété privée; abolition de la famille; recherche effrénée des biens matériels; diminution puis abolition du travail. Et nous ne voyons pas que c'est une description de notre monde ultracontemporain: telle est à l'évidence la raison pour laquelle le procès du communisme ne se fait toujours pas. Que reste-t-il de la propriété privée, quand les banques peuvent puiser dans les comptes de leurs clients si elles risquent la faillite; quand la disparition de l'argent liquide nous rend otages des émetteurs de nos cartes de crédit; souvenons-nous d'un mois de blocage des distributeurs au Vatican, rétablis au lendemain de l'annonce de sa renonciation par Benoît XVI. De la famille il ne reste déjà plus rien dans les transgressions parlementaires qui nous tiennent lieu de loi. La surconsommation des biens matériels détruit maintenant la planète après avoir réduit les âmes à la putréfaction. La croissance exponentielle du chômage n'est pas conjoncturelle mais systémique; il est effrayant de penser qu'il n'est pas un dommage collatéral, mais une donnée de l'ingéniérie sociale mondialisée.
La messe est donc célébrée pour les Chrétiens persécutés: en hommage aux innombrables victimes de l'idéologie communiste; en solidarité avec ceux qui le sont partout à travers le monde; et en préparation pour nous-mêmes: puisque la moindre cohérence chrétienne montre une incompatibilité frontale entre le régime de plus en plus fermement établi et l'Evangile du Christ. Mais la Mère de Dieu a promis: à la fin mon Coeur immaculé triomphera.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:
Comme pain quotidien: prière et sacrifice en réparation


Sur le site de l'aumônerie catholique du Camp de La Valbonne:

lundi 6 novembre 2017

"Cela te sera rendu à la résurrection des justes."


L'éclairage normal de la vie chrétienne est surnaturel, avec pour perspective constante la vie éternelle, dont la grâce du Christ est déjà par anticipation une participation, en forme de pèlerinage ou de viatique. Car tel est d'abord le regard que porte Dieu sur notre histoire, personnelle ou universelle, ouverture concrète d'une Sagesse pour nous insondable: qui a connu la pensée du Seigneur? Qui a été son conseiller?




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

dimanche 5 novembre 2017

Dimanche XXXI dans l'Année

"N'agissez pas d'après leurs actes car ils disent et ne font pas."


Coïncidence de l'Assemblée Plénière des Evêques de France avec les lectures de la messe de ce Dimanche. Nous dépassons le préchi-précha moralisateur de l'orgueil et de l'humilité, pour comprendre que le régime chrétien normal dans l'Eglise est surnaturel. Nous avons Dieu pour Père, le Verbe incarné Notre Seigneur Jésus Christ pour Maître. Il s'agit de garder l'intégralité du dépôt de la Révélation et d'annoncer l'Evangile authentique au complet, y compris ces pages moins consensuelles qui sont l'enjeu décisif de la foi: puisque là se noue notre sort éternel.


samedi 4 novembre 2017

"Quiconque s'élève sera abaissé; et qui s'abaisse sera élevé."


Aujourd'hui, premier Samedi du mois et réparation des offenses au Coeur Immaculé de Marie, pour un nouveau cycle de cinq Samedi, en méditant le premier des Mystères Joyeux du rosaire: l'Annonciation. Et la providence liturgique nous fait entendre cette affirmation de Jésus qui est comme la clé de toute l'économie de la Création et de la Rédemption: qui s'élève sera abaissé; et qui s'abaisse sera élevé. Tel fut l'abaissement de l'orgueil de nos premiers parents; et l'élévation de l'humble servante du Seigneur, Marie Mère de Dieu. Tel fut le dépouillement du Verbe en son Incarnation, et l'élévation du Christ en sa Passion et en sa Résurrection. Telle fut la chute du peuple élu et l'élévation des païens. Telle enfin l'humilité de notre combat spirituel qui nous mérite la gloire éternelle si nous persévérons.


vendredi 3 novembre 2017

"Ils ont l'adoption, la gloire, les alliances, la législation, le culte, les promesses."


Aujourd'hui, messe votive du Sacré Coeur de jésus en réparation. Comprenons bien ce que c'est qu'une dévotion réparatrice: dans sa bonté, Dieu qui veut pardonner nos péchés, offre quelques pratiques à faire en réparation, et il nous tiendra quittes. Pourquoi cela est-il possible? Parce que Jésus le premier a réparé: mais lui ne fait pas quelques petites choses dont Dieu veut bien se contenter, il fait les choses infinies, divines, il est le Verbe incarné, le Fils bien-aimé. On comprend alors ce que c'est que notre réparation: puiser dans ce trésor infini des mérites du Christ. D'où le coeur de ces dévotions, à savoir: confession et communion réparatrices.


jeudi 2 novembre 2017

Commémoration de tous les fidèles Défunts

"Heureux ceux qui pleurent, ils seront consolés."


Très significatif de retrouver au rituel des Funérailles, le même évangile que pour la fête de la Toussaint: les Béatitudes. On ne peut mieux souligner la communion des Saints que le Christ établit entre tous ceux qui vivent de lui: Eglise triomphante, Eglise militante, Eglise souffrante. On peut célébrer aujourd'hui trois messes.












Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mercredi 1 novembre 2017

Solennité de Toussaint

"Votre récompense est grande dans les cieux."


On sait ou on ne sait pas que le rituel du départ Routier comporte la proclamation des Béatitudes par le prêtre juste avant de donner la bénédiction à celui qui part sur la route de sa vie d'homme. Nous comprenons ainsi que les Béatitudes nous sont donné comme viatique, bagage vivant qui nous éclaire et nous achemine jusqu'à la maison du Père. Elles portent parce qu'elles sont Jésus lui-même toujours avec nous. Par lui, avec lui et en lui, nous sommes toujours comblés parce que déjà à la gloire du Père dans l'Esprit Saint. La mort est encore là, submergée de toutes parts par la Vie, marquant seulement le passage de la foi à la gloire, du combat à la possession bienheureuse.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mardi 31 octobre 2017

"A quoi le règne de Dieu est-il comparable?"


Nous avons été sauvés, mais c'est en espérance: Dieu est réellement avec nous, éminemment dans l'Eucharistie, et pourtant nous restons dans l'épreuve et mortels. On peut alors soit douter que Dieu soit avec nous pour de bon, ou bien s'ouvrir à l'espérance surnaturelle: c'est nous qui sommes encore dans l'incapacité de nous approprier pleinement le Don de Dieu. C'est pourquoi la grâce doit grandir en nous jusqu'à s'épanouir dans la gloire, selon deux registres que les lectures de la messe de ce jour nous montrent: la force propre de la vie chrétienne; la fécondité mystérieuse de la souffrance vécue en sacrifice. Saints François et Jacinthe Marto de Fatima en témoignent au coeur des jours où nous sommes.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

lundi 30 octobre 2017

"Il y a six jours pour travailler: venez donc vous faire guérir ces jours-là."


On se demande comment ne pas s'éveiller à la présence de Dieu lorsque Jésus fait des guérisons, et délivre les gens de l'oppression du diable. C'est qu'en fait il faut le Saint Esprit pour confesser Jésus est Seigneur et entrer dans une sorte de familiarité avec Dieu. Non pas un esprit de peur, comme esclave, mais l'Esprit des fils nous ouvrant déjà la vie éternelle, si nous persévérons.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

dimanche 29 octobre 2017

Dimanche XXX dans l'Année

"Voilà le grand, le premier commandement. Et le second lui est semblable."


Le bisounours est très éloigné de l'Evangile et constitue même une offense blasphématoire à Jésus Christ et Jésus Christ crucifié. Que voyons-nous en effet? L'amour de Dieu de tout son coeur, de toute son âme, qui porte l'amour pour le prochain comme soi-même. Un amour qui prend sur lui toutes les transgressions, tous les péchés passés, présents et futurs, et appelle encore: voyez ce que vous faites! Arrêtez! revenez, et vous vivrez! Au contraire, dans l'idéologie consensuelle, le masque de la charité couvre la transgression de tous les Commandements.


samedi 28 octobre 2017

Fête de saints Simon et Jude, Apôtres

"Il passa toute la nuit à prier Dieu."


La fécondité de la prière de Jésus apparaît à ses fruits. Elle établit les Douze, fondations de l'Eglise sur laquelle les puissances de l'enfer ne l'emporteront pas, et qui sera encore là lors de son Retour dans la gloire. Elle opère les guérisons de tous ordres et chasse les esprits impurs. Mais surtout elle nous agrège à la construction de la Jérusalem céleste et nous ouvre la communion bienheureuse du Père et du Fils et du Saint Esprit. C'est qu'en effet, la prière de Jésus est comme une seule prière qui coïncide avec son existence même, comme Verbe incarné, et sa Dédicace éternelle au Père comme Fils bien-aimé.



vendredi 27 octobre 2017

"Tu n'en sortiras pas avant d'avoir payé jusqu'au dernier centime."


Le passage fameux du chapitre 7 de la Lettre aux Romains insiste sur la réalité du combat spirituel qu'il nous faut mener jusqu'à la fin avec le secours de la grâce divine. Or pour nous y aider, comme aussi lorsqu'il s'agit des péchés des autres, deux considérations sont précieuses. La première, la perspective de l'imminence du Jugement. La deuxième, c'est de nous redire que le premier offensé par les péchés, c'est Dieu, et non pas nous-mêmes. Apparaîtra alors notre peu de zèle pour la gloire de Dieu: notre propre péché et l'urgence de notre propre conversion.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

jeudi 26 octobre 2017

"Je suis venu apporter un feu sur la terre."


Les lectures de la messe de ce jour jouent l'une sur l'autre: ce que saint Paul explique dans le registre de notre vie personnelle, Jésus l'indique à l'échelle du genre humain. C'est pourquoi tout ce qui est chrétien doit toujours être urgent et crucial, très éloigné de la bienpensance consensuelle et du bisounours: il s'agit de la perte éternelle des multitudes ou bien de leur salut éternel. Et tel est aussi l'enjeu de notre conversion au temps de la Miséricorde après quoi vient le Jugement.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mercredi 25 octobre 2017

"Entrez dans la construction de la demeure spirituelle."


Aujourd'hui, anniversaire de la Dédicace. Il y a un comme un va et vient entre l'église de pierre et la communauté d'Eglise que nous formons, comme nous le voyons déjà dans les lectures de la messe de ce jour. Dieu n'habite pas dans les maisons faites de main d'homme et pourtant il y fait demeurer sa présence très sainte, afin de se façonner le temple de nos âmes immortelles où il demeurera éternellement. La foi et le Baptême nous intègrent à cette construction spirituelle, de sorte que ce qui est pour nous l'assise très sûre, devient pour ceux qui se perdent, la pierre d'achoppement: "si seulement le Bon Dieu ne nous avait pas tant aimés" s'exclamait le saint Curé d'Ars.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mardi 24 octobre 2017

"Là où le péché s'est multiplié, la grâce a surabondé."


Le dogme du péché originel suscite immanquablement le petit sourire ironique du sceptique: alors que la réalité de ses manifestations est partout de plus en plus horrible. Son enracinement biblique n'est d'ailleurs pas seulement le récit de la Genèse, mais surtout la théologie de saint Paul dans l'énorme Lettre aux Romains. Il fait le parallèle entre le péché originel et la Rédemption, avec cette différence fondamentale: le péché originel se transmet par propagation de génération en génération; tandis que la grâce du Christ se communique par la prédication. Dans son immense charité, le Christ vient à la porte de notre coeur et offre le salut.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

lundi 23 octobre 2017

Saint Jean de Capistran, patron des aumôniers militaires

"Tu les as aimés comme tu m'as aimé."


Les lectures de la messe de saint Jean de Capistran, patron des aumôniers militaires, nous aident à garder l'unicité du Christ et de l'Eglise. Depuis les Actes des Apôtres, nous annonçons un seul Nom qui soit donné aux hommes pour êtres sauvés: le nom de Jésus. Et nous découvrons dans l'Evangile que nous sommes au coeur de la prière du Christ à son Père, discernés dès avant la fondation du monde, et plongés dans l'intimité trinitaire par notre Baptême et le don de la foi. Dès lors, le fait qu'il y ait quatre cultes reconnus dans l'aumônerie des Armées Françaises, permet paradoxalement et en principe la prise en compte de l'originalité absolue de ce qui nous concerne.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

dimanche 22 octobre 2017

Dimanche XXIX dans l'Année

JOURNÉE MONDIALE DE PRIÈRE ET D'OFFRANDE POUR LES MISSIONS


Les lectures de la messe de ce Dimanche nous aident à réfléchir sur trois axes de l'évangélisation. Premièrement: l'Evangile n'arrive jamais en étranger, puisque tout homme à cette affinité avec Dieu qui lui vient de sa condition de créature, et cette familiarité avec Jésus Christ vrai Dieu et vrai Homme. Deuxièmement: l'essentiel de la foi est l'adhésion aux mystères surnaturels et anticipe dès ici-bas dans la vie chrétienne la substance de la vie éternelle dans l'au-delà. Troisièmement: il y a donc une nécessaire confrontation de l'Evangile avec la sécularisation forcenée, qui prétend la toute-puissance du monde par la technologie; son unité par la mondialisation; son immortalité par le transhumanisme.


samedi 21 octobre 2017

"Espérant contre toute espérance, il a cru."


Aujourd'hui, messe en l'honneur de la Vierge Marie, Reine de l'univers. Dans l'éclairage de la Semaine missionnaire, puisque le mandat missionnaire repose sur cette affirmation préalable de Jésus: tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre. Comprenons alors, comme l'affirmation saint Jean Paul II, que l'Eglise puise dans l'efficacité de la médiation maternelle de Marie, lumière et force pour accomplir la mission apostolique. Si Abraham est le père et le modèle ces croyants, combien plus élevée est la foi de Marie et la puissance de sa bénédiction en la Descendance: le Verbe incarné, le Rédempteur de l'homme.


vendredi 20 octobre 2017

"Tout ce qui est caché sera connu."


Aujourd'hui, messe en l'honneur du Sacré Coeur de Jésus et en réparation.
Les lectures de la messe de ce jour débusque le mensonge radical de nos sociétés: elles sont organisées comme si Dieu n'existait pas alors que tout le monde sait bien qu'il existe et qu'il est Dieu. Alors on occulte tout ce qui pourrait nous tourner vers lui. Autre mensonge que celui de la complication extrême du thème de la Justification depuis la contestation de Luther: alors que l'enseignement de saint Paul est très simple. Les oeuvres de la Loi ne peuvent rendre juste devant Dieu; il faut se revêtir de Jésus par le Baptême, être abreuvé de son Esprit, pour faire les mêmes oeuvres que lui, telle est la foi opérant par la charité à la plus grande gloire de la Très Sainte Trinité.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

jeudi 19 octobre 2017

"Ils lui tendaient des pièges pour traquer la moindre de ses paroles."


On peut se demander où est passée la violence des polémiques que Jésus lui-même provoquait dans l'Evangile avec les docteurs de la Loi, quand on voit les propos lénifiants et convenus que l'on tient dans l'Eglise au regard de ceux qui en sont les continuateurs, de sorte que nous devenons aussi des leurs: vous avez enlevé la clé de la connaissance, vous-mêmes n'êtes pas entrés, et ceux qui voulaient entrer, vous les en avez empêchés. A moins que nous ne voulions tout simplement pas finir comme Jésus Christ crucifié? Mais où est notre foi? où est notre espérance? où est notre charité? Le disciple n'est pas au-dessus de son maître: il suffit au disciple accompli d'être comme son Maître.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:
Premières consécrations par saint Jean Paul II

mercredi 18 octobre 2017

Fête de saint Luc, évangéliste

"Le règne de Dieu s'est approché de vous."


Aujourd'hui, fête de saint Luc, évangéliste et patron du Service de Santé des Armées. "Le cher médecin" comme l'appelle saint Paul. Célébrer un saint Patron, c'est s'appuyer sur son intercession et s'éclairer à ses exemples. Nous pouvons dès lors dégager de l'Evangile selon saint Luc, trois axes qui sont aussi, semble-t-il les ressorts profonds de l'action du Service de Santé des Armées: la mise en oeuvre de la miséricorde; l'ouverture universelle; l'accompagnement au quotidien du commencement à la fin de la vie.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mardi 17 octobre 2017

"Celui qui a fait l'extérieur n'a-t-il pas fait aussi l'intérieur?"


Aujourd'hui, fête de saint Ignace d'Antioche, l'un des martyrs les plus célèbres de l'Antiquité chrétienne: évêque de l'Eglise de Syrie -nous prions cette antique et vénérable église apostolique- conduit enchaîné jusqu'à Rome pour y être jeté aux bêtes dans le cirque. Exemple bouleversant du désir du Ciel pour voir Dieu et être avec le Christ dans la gloire de sa résurrection. Mais notre temps ne repousse pas seulement la révélation chrétienne, mais n'a plus même idée de la connaissance naturelle de Dieu: on peut voir avec l'intelligence, à travers les oeuvres de Dieu, ce qui de lui est invisible.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

lundi 16 octobre 2017

"Il y a ici bien plus que Salomon."


Aujourd'hui, fête de sainte Marguerite Marie Alacoque, à la mission de laquelle Notre Dame de Fatima s'est référée pour un terrible avertissement: ce sera comme le roi de France, il fit la consécration demandée, mais trop tard. De fait, la coïncidence liturgique nous fait entendre l'Evangile du signe de Jonas, nous exhortant à prendre en compte l'importance des signes qui nous sont donnés, et surtout la qualité des messagers: dans une sorte de va et vient du Christ à sa Mère et du Coeur immaculé de Marie au Sacré Coeur, excusez du peu!




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

dimanche 15 octobre 2017

Dimanche XXVIII dans l'Année

"Tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce."


Aujourd'hui, ouverture de la Semaine Missionnaire qui culminera Dimanche prochain pour la Journée Mondiale de prière et d'offrande pour les Missions. La coïncidence liturgique veut que nous entendions des lectures qui nous permettent de réfléchir à ce thème central de la vie chrétienne et de la vie de l'Eglise: la perspective eschatologique avec la prophétie du banquet sur la montagne en Isaïe; l'attitude intérieure et extérieure du disciple missionnaire avec saint Paul dans la Lettre aux Philippiens; et dans l'Evangile, le sérieux radical de la vocation divine qui interpelle la liberté de l'homme pour l'éternité. Il est très significatif en effet, que la parabole qui semble parler du passage de l'Ancienne à la Nouvelle Alliance, avec l'Eglise rassemblant les multitudes tous azimuts, bascule soudain et déjà sur le Jugement dernier. C'est que depuis l'Avènement du Christ nous sommes dans la plénitude du temps, les derniers temps. Une urgence théologique et peut-être chronologique que la dévotion au Coeur immaculé de Marie nous permet d'honorer avec simplicité et efficacité incomparable.


samedi 14 octobre 2017

"Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent."


Aujourd'hui, messe en l'honneur de la Vierge Marie, consolatrice des affligés.
Le Livre de Joël fait partie des livres apocalyptiques: derrière la croûte des événements, la foi sait retrouver de génération en génération la catastrophe d'un monde sans Dieu et contre le Christ, et la splendeur des justes qui resplendissent déjà comme le soleil dans le Royaume de leur Père. D'où la clé de toute l'histoire humaine donnée par l'Evangile de ce jour: heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent.


vendredi 13 octobre 2017

Centenaire de Fatima 1917-2017

"L'état de cet homme-là est pire à la fin qu'au début."


Aujourd'hui centenaire de la dernière apparition de Notre Dame à Fatima. Comment ne pas être touché de la coïncidence liturgique qui truffe pour ainsi dire les lectures de la messe de ce jour avec le message du centenaire.
Ils cherchaient à obtenir un signe venant du ciel. Et il y a eu la "danse du soleil", signe annoncé trois mois avant, avec le jour et l'heure. Au lieu de croire et d'obéir aux injonctions, on s'est détourné et tous les châtiments annoncés se sont produits sans faillir. Et 100 ans après cette dévotion au Coeur immaculé de Marie que Dieu veut établir dans le monde n'est toujours pas communément reçue et pratiquée. D'où les annonces de deuil et de lamentation, ainsi que le "jour de malheur qui vient du Puissant comme un fléau. Il est tout proche. Jour de ténèbres et d'obscurité, jour d enuages et de sombres nuées." Pourquoi donc entendre ces paroles justement aujourd'hui? Et encore: "comme la nuit qui envahit les montagnes, voici un peuple nombreux et fort, il n'y en a jamais eu de pareil et il n'y en aura plus dans les générations à venir." Que celui qui peut comprendre comprenne. Ou plus simplement encore, qu'il ouvre ses yeux et ses oreilles, qu'il regarde et entende.
Mais l'Evangile se fait plus incisif encore: après le pontificat de saint Jean Paul II qui arracha l'Eglise à l'ornière de la crise post-conciliaire, après le pontificat de Benoît XVI qui remit la maison balayée et bien rangée, il semble que d'autres esprits plus mauvais entrent et s'y installent; ainsi l'état de l'Eglise serait pire maintenant que dans les années 70.
Le XXI° siècle semble alors dominé par les paroles de Notre Dame à Fatima: pour les âmes particulières, "Mon Coeur sera ton refuge et ton chemin jusqu'à Dieu"; et pour l'Eglise dans le monde de ce temps: "à la fin mon Coeur immaculé triomphera."




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

jeudi 12 octobre 2017

"Combien plus le Père du ciel donnera-t-il l'Esprit Saint à ceux qui le lui demandent!"


Aujourd'hui, comme la liturgie nous en donne la possibilité: messe en l'honneur du Christ Rédempteur ou du Précieux Sang. Du coup les lectures de la messe de ce jour s'éclairent: pourquoi donc Dieu exauce-t-il si largement les prières insistantes? Parce que nous nous présentons au nom du Sang très Précieux de Notre Seigneur Jésus Christ, comme aspergés, drapés de son infinie Charité. Et nous n'envions donc pas du tout les méchants, au contraire, ils suscitent une immense compassion: d'autant plus que la tyrannie du diable se fait de plus en plus lourde et féroce. Mais qui leur tendra la main pour qu'ils se convertissent et puissent se sauver?




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mercredi 11 octobre 2017

"Seigneur, apprends-nous à prier."


Magnifique demande, que d'apprendre à prier de la bouche de Jésus lui-même. Et c'est le Notre Père. Le rapprochement des lectures de la messe de ce jour nous aide à mieux comprendre que prier n'est pas s'efforcer d'imposer à Dieu notre volonté, mais bien d'adhérer de tout notre être à sa volonté, lui qui sait ce qu'il faut à chacun et le lui donne à chaque moment. Dieu de tendresse et de pitié, dont la miséricorde appelle justement notre conversion et la rend possible en nous en donnant les moyens.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mardi 10 octobre 2017

"Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée."


Aujourd'hui, messe en l'honneur du Saint Esprit: l'âme de l'Eglise et le souffle de notre vie spirituelle. Il est l'artisan de notre conversion des choses de la terre aux choses de Dieu qui demeurent. Il nous fait donc passer de Marthe à Marie. Outre la dimension personnelle de son action, il déploie aussi sa douce puissance à l'échelle des collectivités humaines pour la même conversion. Ainsi de l'exemple que donne la Pologne à toutes les nations de l'UE: il y a quelques mois, journée de pénitence et de réparation des péchés publics, par tous les Evêques du pays et avec fort concours de peuple; et le 7 octobre en l'honneur de Notre Dame du Rosaire, chapelet par plus d'un million de personnes sur toutes les frontières du pays. Affaire à suivre!




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

lundi 9 octobre 2017

"Et qui est mon prochain?"


Le Bon Samaritain, c'est Jésus. Jonas, c'est Jésus. La clé générale de l'interprétation des Ecritures fait merveille avec les lectures de la messe de ce jour. Mais nous-même, saurons-nous, à la différence des déboires de Jonas à ses débuts, nous porter vers nos frères, avec la charité même de Jésus, pour l'exercice des oeuvres de miséricorde spirituelle: dénoncer les péchés du monde, et reprendre les fautes de nos frères, pour les aider à se convertir pour qu'ils ne se perdent pas et puissent être sauvés; chantant éternellement avec nous et comme nous la Miséricorde divine et ses merveilles pour les hommes?




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

dimanche 8 octobre 2017

Dimanche XXVII dans l'Année

"Ils respecteront mon fils."


On imagine facilement l'horreur des auditeurs de Jésus: eux le peuple élu entouré de païens, et le royaume de Dieu va passer à d'autres meilleurs qu'eux! De fait les péchés et le drame d'Israël est d'avoir livré le Messie aux mains des païens. Mais Jésus est ressuscité, car il est vrai Dieu et vrai Homme, vainqueur des péchés et de la mort. De sorte que l'Eglise, son Corps mystique, abreuvée de son même Esprit, est désormais indéfectible: les personnes peuvent déchoir ou faire défection, mais ils peuvent toujours reprendre pied dans l'Eglise et y retrouver la liberté et la dignité d'enfants de Dieu.


samedi 7 octobre 2017

Notre Dame du Rosaire

"Je regardais satan tomber du ciel comme l'éclair."


Il y a 100 ans, la Vierge Marie avait annoncé d'avance qu'elle viendrait le 13 octobre à midi dans un petit village du Portugal, Fatima, et qu'elle ferait un signe que tout le monde pourrait voir, afin de croire à l'authenticité de ses apparitions et de son message. De fait, au jour et au lieu dit, des dizaines de milliers de personnes ont pu voir le soleil se mettre à tournoyer, lançant des rayons de toutes les couleurs, puis semblant se précipiter sur la terre, avant de reprendre sagement sa place au firmament. Et elle disait enfin aux trois pastoureaux: je suis Notre Dame du Rosaire. Insistant encore une fois que l'on dise le chapelet tous les jours: et on obtiendrait la paix, l'éloignement des châtiments que méritent tous les péchés du monde, et la conversion des pauvres pécheurs, afin qu'ils ne soient pas damnés. Pourquoi une telle efficacité de cette prière?


vendredi 6 octobre 2017

"Jusqu'au séjour des morts tu descendras."


Aujourd'hui, fête de saint Bruno, fondateur des Chartreux.
Nous sommes prompts à déplorer les malheurs des temps, mais moins prolixe lorsqu'il s'agit de dénoncer les péchés personnels ou publics, et les transgressions qui nous tiennent lieu de lois. Il n'y a pas de fatalité comme l'ont attesté tous les derniers papes: la situation du monde est le résultat de l'entassement de nos péchés. L'urgence du repentir et de la réparation vient de l'enjeu de notre conversion: le salut éternel de nos âmes. Si les prédicateurs ont la charité de nous dire la vérité de l'Evangile dans son intégralité.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

jeudi 5 octobre 2017

"Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups."


Aujourd'hui, messe pour demander la grâce d'une bonne mort. Nous touchons par là une sorte de perte du sens profondément simple de la foi, à cause de l'impact de la sécularisation sur notre vie spirituelle, et non pas seulement sur notre vie tout court. Nous sommes pourtant invités dans le Je vous salue Marie à prier pour cet instant suprême, régulièrement, quotidiennement: et l'ensemble de la perspective chrétienne s'éclaire dans l'affirmation que la victoire du Christ sur la mort, nous est déjà partagée dans la foi et s'épanouira en nous, telle est notre espérance surnaturelle, dans la gloire et l'éternité bienheureuse.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mercredi 4 octobre 2017

"Je te suivrai partout où tu iras."


Aujourd'hui, fête de saint François d'Assise. Figure qui séduit tout le monde aujourd'hui: mais au-delà du pittoresque à l'italienne, se convertiront-ils au Seigneur Jésus? Car saint François a cherché toute sa vie la bienheureuse configuration au Christ, jusque dans les stigmates qu'il reçut les dernières années. Où nous voyons ce que c'est que le radicalisme évangélique qui fait tant défaut à nos compromissions que masquent nos anathèmes.




Sur le site de la Doctrine Sociale de l'Eglise:


Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

mardi 3 octobre 2017

"On refusa de le recevoir."


Aujourd'hui, messe "pour ceux qui nous font souffrir": en ces jours où nous sommes, nous aurons sans doute de plus en plus d'occasion d'utiliser ce formulaire de messe du Missel Romain. D'autant que la providence liturgique nous fait entendre deux lectures qui nous aideront à trouver le comportement juste. Les prophéties de Zacharie sont lues de façon diamétralement opposée à l'interprétation catholique par le talmud: prenons en compte un aussi profond malentendu. Quant à l'indulgence de Jésus dans l'Evangile, elle s'explique en ce qu'il est en route vers Jérusalem pour y accomplir la Rédemption. Mais celle-ci réalisée et la prédication apostolique de la Bonne Nouvelle promulguée pour toutes les nations et toutes les âmes, il revendique dorénavant sa gloire comme Juge universel. Là où il n'y a pas de respect, la crainte peut être le commencement de la sagesse.




Pour mémoire, sur le site du Catéchisme et intelligence de la foi:

lundi 2 octobre 2017

Fête des saints Anges gardiens

"Qui donc est le plus grand dans le royaume des Cieux?"


L'oraison de la messe de ce jour nous trace les deux axes de notre dévotion fraternelle envers les Anges gardiens: ils nous protègent dans la marche et les combats d'ici-bas; ils sont nos compagnons d'éternité. Nous ne pensons pas toujours que la Providence divine signifie que la Charité même de Dieu passe à travers toutes les créatures qui sont mues du plus profond de leur être à nous servir jusqu'à ce que nous rallions la Patrie bienheureuse.


dimanche 1 octobre 2017

Dimanche XXVI dans l'Année

"Mon enfant, va travailler aujourd'hui à la vigne."


Ces deux jours, rencontre Aumônerie en Chartreuse. L'actualité du message de Notre Dame à Fatima nous aide à comprendre comme les questions de foi ne sont pas des questions d'opinions, mais de réalité qui mettent en jeu le salut de notre âme, en même temps que l'a possibilité pour nos frères de se convertir et de ne pas se damner. Tel est l'enjeu majeur de la dévotion au Coeur immaculé de Marie que Dieu veut établir dans le monde depuis cent ans. Celui qui croirait en avoir fini avec Fatima se tromperait: après avoir annoncé d'avance ce que serait le XX° siècle si on ne se convertissait pas à cette dévotion, elle est certainement aussi la clé des jours où nous sommes.


samedi 30 septembre 2017

"Le Fils de l'homme va être livré aux mains des hommes."


Aujourd'hui, fête de saint Jérôme, docteur de l'Eglise et traducteur de la Bible en latin, version dite "Vulgate" qui la rendait accessible à tous et fut "la" Parole de Dieu en Occident du V° siècle jusqu'après le Concile Vatican II. Quelle stabilité, par rapport à ces traductions à répétition tous les dix ans, même pour la Liturgie: pas sûr que le sens de la Parole de Dieu immuable, infiniment fiable et sûre y gagne, vivante et efficace, qui peut nous transformer en nous faisant entrer dans la connaissance même de Dieu, nous donnant aussi les mots et l'Esprit pour lui répondre.